Anorexique autrefois

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Anorexique autrefois Empty Anorexique autrefois

Message par Invité le Dim 8 Déc 2019 - 20:49

Bonjour,
l'anorexie je connais, j'ai eu ça autrefois de 17 à 20 ans.
Quand j'ai basculé d'un regime d'été qui durait depuis deux mois à l'anorexie (dans le prolongement), j'ai eu besoin de me refugier dans ma passion, les livres et le travail scolaire. Je ne comprenais pas mes camarades de classe, leurs histoires de garçons, de psychologie, de flirts, leurs intrigues....elles me donnaient sans cesse des leçons de vie sur des choses que je ne pouvais pas comprendre ( comment plaire, se faire désirer, etc) j'ai voulu m'éloigner d'elles et miser sur mes points forts : la ritualisation quotidienne qui permet d'avoir un bon rendement de travail et les domaines intellectuels. Du coup j'ai eu un bon bac .
Mon poids était en dessous de ce qui est normal ou seulement maigre, j'étais hospitalisable. J'ai fais trois séjours hospitaliers.
A l'hosto j'ai trouvé des personnes dans mon cas.
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Anorexique autrefois Empty Re: Anorexique autrefois

Message par Invité le Dim 8 Déc 2019 - 21:05

Déjà à cet âge j'ai "su" que je ne m'entendais pas trop avec les filles.
Pourtant je ne me suis jamais sentie "garçon".
Quand j'ai eu 22 ans j'ai fréquenté un an et demi le milieu gay masculin ( c'est vrai que les aspies ont peu de préjugés, pour mon époque en tous cas)parce que je m'y sentais bien du fait de ma différence et du fait qu'il n'y avait pas ou peu de femmes. Mes potes gays me disaient souvent avoir une soeur ou une copine anorexique.
Plus tard quand je suis devenue plus conservatrice et plus agée je n'ai plus fréquenté ce milieu mais j'ai eu de préférence des amis masculins.
Certaines choses que les femmes aiment ou revendiquent me sont totalement étrangères. Par conséquent je me sens en infériorité avec les femmes et très vulnérable parmi elles. Si on me dit qu'il y a plus d'autistes hommes que de femmes, je pense que c'est peut-être ça. Quelqu'un a dit ( j'ai oublié son nom) "l'autisme est un truc masculin".
C'est vrai que les femmes ont plus d'habiletés sociales, d''empathie, de gout des mondanités, qu'elles sentent mieux qui est en face d'elles...ce sont des choses qui me font défaut, c'est peut-être à cause de ça. Un jour j'ai dit sur un forum "j'aurais pu être gardien de phare" et quelqu'un a répondu "vous n'êtes pas une femme", "si, je lui ai répondu, mais j'aurais quand même pu être gardienne de phare avec des livres et internet". Je me demande par exemple comment on peut COMMENCER par apprécier les gens AVANT de savoir ce qu'ils pensent. Folie pure ! Il faut COMMENCER par lire ce qu'ils publient, par savoir quelles sont leurs convictions etc et ENSUITE on peut prendre le risque de les apprécier, de les fréquenter, il y a moins de risques. mais toutes les femmes que je connais commencent par nouer des liens de sympathie "comme ça", on dirait que les idées et les convictions sont secondaires pour elles ( "ce qui compte c'est aaaaiiimer") et je ne peux carrément pas les suivre.
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum